Source "V" Avant

Aller au contenu

Menu principal :

RANDONNÉES
Description d'une randonnée


Randonnée Piton Rouge du 22 juillet 2018


Boucle de 13km environ de difficulté  moyenne mais attention au dénivelé et à la nature du terrain qui est très rocailleux.

Au départ de la route forestière des Tamarins, à 1 820 m d'altitude, le sentier débute par une volée de marches en bois vers le Piton Rouge en direction du Petit Bénard en passant par la caverne du Roi Phaonce. La descente se fera par la piste des Tamarins -  sentier Mario.
Ce sentier monte tout du long en pente douce dans une forêt recouverte de fougères. De petits tamarins des hauts offrent de jolies fleurs jaunes. Le sol rocailleux vous emmène sur le site du Piton Rouge.

PRATIQUE : Attention au froid au et brouillard
Prenez de bonnes chaussures de marche par rapport au sol rocailleux. Pensez à bien vous couvrir (chapeau, polaire... )  


Beaux panoramas (photos)

       
Départ                 Le petit Bénard               Vue sur la côte                     Vue sur Ilet à Corde            Détente face au Piton Rouge      

LOUPE HISTORIQUE

Piton Rouge – Haut lieu de marronnage (plaque information de la Ville de St-Leu -ONF)

Le Piton rouge est un cône volcanique situé à 2400 m d’altitude dans le périmétre des Bénares en contrebas du Petit Bénard.
L’incendie qui a ravangé en 1998 la forêt des tamarins a laissé des marques profondes dans le secteur du Piton Rouge. De nombreux troncs de brandes et de tamarins dressant les branches noirs et sans vie dans un paysage uniforme. ..
La tradition orale orale veut que des hommes aient vécu dans ces paysages inhospitaliéres il y a deux siècles.
Cette présence est attestée par des plants de pomme de terre et des murets de peirre autour des cavernes. Les ouvriers de l’ONF ont mis à jour des ossements sous un amas de pierres disposées en rectangle. On suppose qu’ils correspondent à ceux du ‘’Roi Phaonce‘’.
Des témoignages de l’exsistence d’un chef des esclaves remontent au 19ème siècle : Henri raconte dans un récit de son expédition en 1852 dans la région : « c’est une contrée du Labrador ou de la Sibérie, triste à l’œil et âpre au corps…Près de là, on trouve la caverne du Roi Phaonce… Cet ancien roi des grands marrons… avait ses gardes, sa hièrarchie, sa haute justice… »
Le Piton Rouge de part sa configuration, consistuait un point de vigie pour repérer les expéditions des chasseurs noirs. La vue s’étentd jusqu’au Cap Lahoussaye. …
Le Roi Phaonce est un personnage mythique (ou non selon les sources) de l'histoire du marronnage à La Réunion.
Il est considéré comme « le roi des esclaves marrons dont le domaine s'étendait du Petit Bénard au Grand Bénard » ; Tué par des chasseurs de prime et enterré sur place, son poignet gauche et son oreille droite furent ramenés à son propriétaire. Son souvenir est fréquemment associé au souvenir de la révolte des esclaves à Saint-Leu (haut lieu du marronnage), en 1811.

1/ La découverte
En juillet 1981, Luco Dijoux, ouvrier forestier, découvre à quelque pas d’une caverne un petit amas de pierres disposées en rectangle et prises dans la végétation…
Que cache ce monticule ? En grattant le sol, des ossements apparaissent…
Serait-ce le sépulcre du Roi Phaonce que la légende situe effectivement sur les pentes du Grand Bénard ?
Mais la légende dit aussi que l’homme qui dort sous les pierres ne se laisse pas approcher par le premier venu…

2/ La vie sociale
Après avoir fui leur propriétaire les esclaves cherchaient la protection du Roi Phaonce
Mais les conditions de vie étaient rudes à cette altitude…
Pour subsister les marrons durent procéder à des pillages mais aussi implanter des cultures comme celle de la pomme de terre.
Ainsi pour se réchauffer et dormir ils devaient s’installer devant un feu de camp ou se regrouper dans des cavernes étroites.
Aujourd’hui, parcourant les pentes du Grand Bénard, n’oubliez pas les âmes de ceux qui ont souffert en ce lieu peut être nous observent…

3/ Le mystère
Ainsi est-il raconté dans la presse en 1982 par un personnage dont l’aïeul était contemporain des faits, que Phaonce était protégé par un quelconque maléfice : « si ou tire su lu avec out fusi, i pète pas !
En 1934 deux agents forestiers auraient retrouvé par hasard la tombe du Roi… Mais l’un deux serait tombé en syncope et mort trois jours après.
Qui peut dire si Phaonce a bien existé et si cette tombe est la sienne. Ce site laissera-t-il un jour dévoilé son mystère ? Des Rois marrons ont bien vécu en d’autres lieux et des centaines d’esclaves se sont réfugiés dans les hauts, vivant dans des grottes ou des villages de huttes…
La découverte des vestiges par Luco Dijoux, mais aussi la présence des plants de pomme de terre, prouvent en tout cas la réalité d’une vie passée à cette altitude. Mais bien d’autres questions demeurent sur le Roi Phaonce…

4/ L’homme
Il se dit que son joug, les marrons rencontraient une autorité parfois pire que celle des propriétaires qu’ils avaient fuis. En effet, entouré de sa garde, le Roi Phaonce aurait instauré son propre système de Lois...
Ainsi trônant sur un fauteuil sculpté à même le roc, il faisait précipiter les délinquants du haut d’un escarpement de huit cent toises.
Pour défendre son territoire, le Roi avait aussi installée des meurtrières…
…et ce n’est qu’après plusieurs expéditions que quatre chasseurs d’esclaves parviendront à leurs fins. Mais selon notre conteur, leurs balles avaient été bénies le matin même par le curé du Guillaume.






Une randonnée près de la Forêt de Bois Blanc 20 mai 2018

Cette randonnée sans grandes difficultés, permet en une dizaine de kilomètres d'admirer de magnifiques points de vue sur la côte du sud sauvage, de belles plantations de letchi (carreau letchi), de palmistes, et des ravines encaissées.

Cette sortie permet de visiter la région de Bois Blanc en longeant tout d'abord la mer, puis en traversant une aire de pique-nique mais surtout une route forestière bordée de belles plantations. Quelques pancartes pédagogiques indiquent le nom des essences d'arbres rencontrées.

La randonnée débute en face de la piste de la Cage aux Lions, proche de l'Îlet Leroux et plonge vers la mer.
Ce sentier qui rejoint la mer est constitué essentiellement de cailloux de laves. Il est bordé de fougères, de pandanus (vacoas) et de manioc marron.
Il est également très agréable de longer la côte rocheuse pour voir les fortes vagues battre les falaises.
Le clou de cette balade est la magnifique arche naturelle et la roche du Pas de Cabri (photo)

La descente du Chemin Indivis s’effectue par de nombreux lacets mais il est impossible de le confondre avec les autres pistes rencontrées ça et là.
On découvre des cases typiques plus ou moins modestes sur cette portion de route.
Enfin, on arrive à la fin de la randonnée qui termine sur la route prés d’une école.


Bonne randonnée à tous et bon pic nic partage.

Parcours de la randonnée en tracé bleu




Orchidée


La roche Pas de Cabri









Rando Piton Plaine Fougère Sainte Marie du 15 avril 2016

Tracé rouge : Aller  Tracé bleu : Retour

Boucle de  16,5 Km, difficulté moyenne, un peu boueux.

Immersion dans une forêt d’exception : peuplée de vieux tamarins couchés et tortueux et de beaux panoramas au sommet (photos)

Conseil : baissez la tête !

La premier partie de la rando se fait en montant, la deuxième toute en descente.
Traversée d’une forêt de calumet, seul bambou endémique de l’île et différentes sortes de fougères.

Histoire de Sylvèr le marchand de fougères

Il y a bien longtemps, à Salazie vivait un vieux marchand de fougères. Tous les matins, il partait avant l’aube, grimpait le rempart pour se rendre en forêt. Là il cueillait les précieuses fougères, puis descendait au marché de Saint-Denis pour les vendre. Le voyage était difficile, mais les pots taillés dans le fanjans et les fougères pour orner les bouquets lui permettaient de gagner une petite monnaie.

Un jour, son vieux corps fatigué, il envoya son fils Sylvèr. Alors que celui-ci atteignait la Plaine des Fougères, il fut surpris par le gros temps : la pluie se mit à tomber si fort qu’il ne voyait plus rien, le froid le saisit et il tomba inconscient au  milieu du sentier.
Face à ce triste spectacle, toute la forêt s’organisa : les fougères parasols l’abritèrent de la pluie,  les fougères ficelles formèrent un rideau pour le protéger du vent, les fougères de laine l’enveloppèrent pour lui donner de la chaleur tandis que les fougères plumes lui confectionnèrent un lit moelleux.

Quand il se réveilla, le beau temps était revenu, toute la forêt avait repris sa place. Sylvèr devina ce qu’il s’était passé. Il se jura de ne plus jamais cueillir une seule fougère. Au lieu de cela , il se passionna pour ces drôles plantes et propose désormais une visite de la forêt aux promeneurs curieux !


Bonne rando à tous





CHEMIN DES ANGLAIS


Randonnée de 15 km environ.
Départ de la  Grande chaloupe - St Bernard –Parc Colorado – arrivée au stade de la Redoute  (tracée rouge)
Au départ la pente ne ce fait pas attendre. Le chemin en lacet monte parfois très fortement sous les tamarins. En revanche la pente forte permet de gagner rapidement du dénivelé et permet de beaux panoramas sur la Grande-Chaloupe et la Pointe des Galets.


Retourner au contenu | Retourner au menu